v2Plan de travail 1

Après une carrière de dix ans en tant qu'ingénieur en optimisation industrielle et après une formation à la « Viti » de Beaune, Benoît Eschard, neveu de Thierry Jeannin-Naltet, a repris les rênes en 2013 de ce domaine familial de 8,6 ha créé en 1858.

Benoît Eschard réussit pleinement son premier millésime avec ce joli mercurey finement bouqueté autour des fleurs blanches et des épices douces, équilibré entre une matière riche, une acidité ferme et un boisé noble. On lui prédit un bel avenir, au vin comme au vigneron…

Guide Hachette des vins • 2016

Benoît Eschard, 36 ans, passionné de vin depuis qu'il est étudiant, produit avec passion deux eaux-de-vie ancestrales au domaine viticole de sa belle-famille, à Mercurey, depuis son arrivée en 2013, sur 8,5 hectares. Il s'agit du marc de Bourgogne et de la fine de Bourgogne, à partir du pinot noir, qui produit par ailleurs du mercurey rouge. Ces deux spiritueux sont des appellations contrôlées. Le marc est plus rustique que la fine car il est produit à partir de la distillation du marc de raisin (tout ce qui reste du pressurage des raisins, peaux, rafles et pépins). Benoît fait appel a un bouilleur de cru. L'alcool qui sort de l'alambic est ensuite vieilli dans des fûts de chêne ayant contenu du mercurey blanc pendant dix ans (bien plus que les deux à cinq ans exigés). La fine de bourgogne, quant a elle, est issue de la distillation du vin, comme le cognac et l'armagnac, plus exactement des lies fines provenant des soutirages du vin. Elles sont d'ordinaire vieillies au moins trois ans en fût de chêne avant d'être consommées, mais beaucoup plus au domaine Jeannin Naltet.
C'est l'élevage qui permet a l'alcool de s'évaporer lentement et au nectar de gagner en douceur et en complexité. La fine peut être « vieille » (trois ans), « très vieille » (six ans) ou « hors d'âge » (dix ans de vieillissement sous bois) comme c'est le cas pour sa fine 2001, qui déploie une belle rondeur, avec des notes exceptionnelles de cacao. Bien équilibré, son marc 2003 offre des notes de noix, de curry, d'abricot sec, de toast, d'amande grillée, de cuir. À découvrir également, son ratafia, un vm muté qui marie marc de bourgogne et jus de raisin d'aligoté « C'est une tradition qui a tendance à se perdre car ce n'est pas le coeur du métier d'un viticulteur. Pourtant, après un repas, ce digestif prolonge si bien les belles soirées d'hiver. »

Claudine Abitbol, Magazine saveurs (février 2017)

Pour visionner notre site, vous devez être en âge légal de consommer de l’alcool selon la législation en vigueur dans votre pays de résidence.